Bild: Villaggio_DTI_200i

Airolo

Airolo est une ville située sur la route du Saint-Gothard, sur le versant sud, dans le Canton du Tessin, à une altitude de 1176 mètres.

Depuis l'an 1000, l'histoire d’Airolo est associée à celle du col du Saint-Gothard et, indirectement, avec le nord et le sud de l'Europe, en en tirant d’importants avantages économiques. Mais chaque médaille a son revers et Airolo a également souffert à cause de son emplacement, il suffit de penser au passage des armées étrangères et à l'incendie du pays en1331 déclenché par les Uranais pour punir les vols présumés de leurs convois par les habitants d’Airolo.

Vers la moitié du XVème siècle, Airolo était un village peuplé d’environ 600-650 habitants et qui pouvait compter sur de bonnes ressources économiques. Vers la fin du XVIII siècle les voyageurs, principalement des aristocrates et des bourgeois, généralement aisés, en provenance de toute l'Europe, découvrent les Alpes et le Saint-Gothard qu’ils immortalisent dans les précieux journaux de voyage, agrémentés de belles images.

 

Ceux qui aiment l'histoire du ski et du sport en général trouveront, à Airolo, de quoi les satisfaire : les premiers ski de la Suisse italienne (1879), les deux premières rampes de saut à ski (1926 et 1934 : les ruines en sont encore visibles), le téléluge (1938) et les premières remontées mécaniques de Lüina et Pesciüm, sans oublier tous les skieurs et skieuses de premier ordre au niveau national et international. Aujourd'hui, en hiver, on peut pratiquer le ski alpin, le snowboard, le ski de fond, le ski excursionniste et des randonnées dans la neige avec des raquettes. Les remontées mécaniques disponibles se trouvent à Airolo-Pescium-Sasso della Boggia, Lüina et Cioss Prato. Le Ski peut être considéré comme un des sports les plus pratiqués par la plupart des jeunes habitants d’Airolo.

Airolo est le point de départ idéal pour de merveilleuses excursions pendant la saison estivale avec des parcours tels que Strada Alta, Strada degli Alpi ou les escalades vers les refuges Cristallina, Corno Gries, Piansecco, Cadlimo et Cadagno.

Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'eau et de l'exploitation des ressources hydriques les points d’intérêts ne manquent certainement pas, il suffit de penser aux nombreux moulins et manufactures qui opéraient sur l’ensemble du territoire, au canal d’adduction de Favre qui à partir de Fontana faisait confluer l'eau jusqu'à l’entrée du tunnel ferroviaire (les restes en sont encore visibles), ou la centrale hydroélectrique (parmi les premières du Tessin), la Centrale Calcaccia, un bijou à la longue histoire, et les impressionnants barrages de Lucendro et Sella.